PRP

PLASMA RICHE EN PLAQUETTES

Plasma Riche En Plaquettes - PRP

Technique de restauration capillaire

Le plasma riche en plaquettes est utilisé depuis des années pour soigner les blessures dans divers domaines médicaux et le Dr. Bisanga croit qu’il peut avoir des atouts significatifs en chirurgie capillaire, y compris dans le processus de guérison des zones donneuses et receveuses, ainsi que l’amélioration de la physiologie post-opératoire de la peau et des cheveux..

Le nombre approximatif de plaquettes dans un centimètre cube de sang est de 250,000. Concentré en PRP, il peut atteindre 1,000,000 soit quatre fois la concentration normale. Les plaquettes font partie intégrante du sang qui contient les éléments de “guérison” qui vont refermer une blessure ouverte.

La nature concentrée du PRP et le fait qu’on puisse l’appliquer à des zones isolées signifie que les plaquettes peuvent réagir plus rapidement pour améliorer la coagulation, réduire les saignements, prévenir la fibrose et entraver la production du collagène donnant lieu non seulement à une guérison accélérée mais également à une meilleure récupération des tissus cutanés, ce qui réduira les cicatrices.

Les plaquettes sont également riches en protéines et peuvent favoriser la cicatrisation tant dans les zones receveuses des nouvelles greffes que dans les zones donneuses soit pour les cicatrices de poinçon (chirurgie FUE) ou les cicatrices linéaires (chirurgie par bandelette).

Les éléments de croissance des protéines accélèrent la guérison stimulant ainsi la formation de vaisseaux qui vont aider les follicules à prendre plus rapidement dans la zone, les tissus et le système cardiovasculaire.

 

Ces protéines entraînent la fibrose et renforcent ainsi la conversion du fibrinogène en fibrine (bien que dans une moindre mesure que ce qui se produit naturellement). Cela peut se traduire par une cicatrice visiblement moins grande, une amélioration de l’élasticité, une diminution de l’écart et de l’angle entre les unités folliculaires, une miniaturisation réduite et moins de production de collagène entre le tissu adipeux et la couche dermique

Le processus de PRP permet d’isoler les plaquettes du sang, ce qui signifie qu’un échantillon doit être prélevé sur le patient. Le sang est ensuite “centrifugé” à des vitesses spécifiques pour mieux séparer le plasma riche en plaquettes du moins riche. Les deux facteurs importants ici sont le PDGF et le TGF-β, des facteurs de croissance dérivés des plaquettes qui stimulent la réplication de cellules souches importantes pour les fibroblastes et les cellules endothéliales (liées au “bourgeonnement” des nouveaux follicules capillaires) ; stimulent la production de la fibronectine, une molécule d’adhésion cellulaire ; et aident les plaies à se refermer et à cicatriser. Le TGF stimule la chimiotaxie des fibroblastes et la production de collagène tout en empêchant la dégradation du collagène par la diminution des protéases et l’augmentation des inhibiteurs de protéases, lesquels favorisent tous la fibrogenèse.

Chacun de ces éléments peut entraîner une réaction unique en améliorant le processus de guérison. Le PDGF accélère considérablement la fermeture de la plaie en augmentant le dépôt de la matrice de tissu conjonctif et le TGF-β stimule le dépôt et la maturation de nouveau collagène en faisceaux plus grands sur le bord le plus grand de la plaie

On évite alors probablement une partie de l’inflammation pendant la phase de guérison. Des tests sont déjà en cours sur divers types de plaies. Un premier test de cicatrisation suite à un prélèvement par poinçon sur un donneur FUE a montré des signes notables de cicatrisation plus rapide.

Le Dr Bisanga aimerait développer des protocoles qui donneront les meilleurs résultats pour les patients. Il faudra du temps pour tester les techniques de fermeture cicatricielle, la guérison globale et autres options de traitement mais le Dr Bisanga estime que les avantages médicaux de leur utilisation dans la chirurgie capillaire peuvent être significatifs.

Au-delà d’une guérison plus rapide et améliorée, ils peuvent également toucher aux principes fondamentaux de la gestion des donneurs et éventuellement le placement dans les cheveux miniaturisés, pour ne citer que deux possibilités.

Les propriétés curatives des donneurs peuvent améliorer les futures interventions en augmentant le nombre de cheveux pouvant être prélevés, en diminuant la miniaturisation et en améliorant l’élasticité de la peau.